POURQUOI SE PRÉPARER À CE CONCOURS ?

UN CONCOURS DIRECT

Le concours de magistrat administratif est une des rares exceptions au quasi‐monopole de l’ENA pour accéder à la haute fonction publique de l’État. L’essentiel des autres voies d’accès à cette haute fonction publique implique le passage de concours aux épreuves nombreuses, suivis d’une scolarité longue et assortie de l’aléa du classement final.

UN RECRUTEMENT LARGE

2014 25 postes offerts 2016 35 postes offerts dont 23 au concours externe
2015 30 postes offerts offerts dont 15 au concours externe 2017 38 postes offerts dont 22 au concours externe
2018 : 38 postes offerts dont 22 au concours externe

UNE TITULARISATION RAPIDE

Le concours se compose d’un nombre peu élevé d’épreuves, toutes spécialisées en droit public. Il se déroule traditionnellement début septembre (écrits) puis début novembre (oraux). L’admission au concours (décembre 2019) conduit à une titularisation immédiate au 1er janvier 2020. Suit une formation initiale de 6 mois au Conseil d’État, entre janvier et juin, avant une affectation au 1er juillet 2020 en juridiction selon les choix faits en fonction de son rang initial de classement.

UN STATUT EXCEPTIONNELLEMENT PROTECTEUR

Le statut de magistrat administratif confère l’indépendance ainsi qu’une grande liberté d’organisation du rythme de travail. Il garantit une progression de carrière linéaire à l’ancienneté : passage au grade de premier conseiller de manière « automatique » au bout de 7 ans en moyenne ; passage au grade de président du corps au bout de 16 ans de présence dans le corps en moyenne.

UNE REMUNERATION ATTRACTIVE

Une rémunération annuelle nette de 28 860 € la première année (1er échelon du grade de conseiller rapporteur) et 37. 972 € après six ans (6ème échelon), à laquelle s’ajoute un montant de part individuelle de fonction de 4 500 € en moyenne. A noter que les fonctions de rapporteur public sont valorisées par une prime mensuelle de 1 600 €. Un premier conseiller, 1er échelon perçoit une rémunération annuelle nette de 45 101 € à laquelle s’ajoute un montant de part individuelle de fonction de 6 500 € en moyenne.

UN STATUT VALORISANT POUR SA PROMOTION PROFESSIONNELLE

Après deux ans d’activité de magistrat administratif, l’ensemble des emplois de la haute fonction publique est ouvert par voie de mobilité : corps préfectoral, postes d’administrateurs civils, postes de direction générale des services en collectivités territoriales, postes de direction en établissements publics, etc.

LA POSSIBILITÉ D’EXERCER SA PROFESSION DANS SA RÉGION PRIVILÉGIÉE

Un large choix d’affectations est ouvert chaque année entre la région parisienne et l’un des 40 ressorts territoriaux métropolitains. La mobilité géographique est également aisée après deux années en poste.

Documentations à Télécharger

Partager